EUROSUP: De l’Or pour la France à Lacanau-Océan

Deux médailles d’or et une d’argent. L’équipe de France ne pouvait pas mieux débuter ses championnats d’Europe de Stand Up Paddle 2016 à Lacanau (Gironde) : Titouan Puyo (1er) et Arthur Arutkin (2e) chez les messieurs, et Olivia Piana (1ère) chez les dames, ont été intouchables ce lundi sur les 5 km de la Technical Race.

reportage HD Surfing France – Euskadi Surf TV – 20 juin 2016 –

 

Annoncés favori de ces premiers championnats d’Europe de Stand Up Paddle, qui plus est à la maison, le clan français a parfaitement géré la pression de la première journée et des deux premières courses de cet EuroSup. Trois athlètes engagés, deux médailles d’or et une d’argent. Impossible de faire mieux.
40 minutes en solitaire pour Piana
Chez les dames, Olivia Piana n’a connu aucune difficulté à s’extirper du peloton de la dizaine de concurrentes pour faire cavalier seul. Quarante minutes de rame pour aller chercher la médaille d’or qui lui était promise. « Tout peut arriver sur une course, il fallait rester concentrée jusqu’à la fin » souriait la Varoise à l’arrivée. Avec 3 minutes d’avance sur sa dauphine, l’Espagnole Susak Molinero, Piana a littéralement écrasé la course. Et peut légitimement penser au doublé avec la Longue Distance (16 km) mercredi. La vice-championne du monde 2013 et 3e des World Series en 2014 s’offre un nouveau titre international après une saison (presque) blanche en 2015, marquée par les blessures et la perte de certains partenaires. La revoici au sommet de son art et du Sup continental. Au regard des heures passées sur l’eau et de son implication, c’est archi mérité.
Steinfath n’a pu suivre le train français
La concurrence s’annonçait plus rude chez les messieurs, notamment avec le Danois Casper Steinfath, champion du monde de la spécialité en 2014 et actuel leader des World Series. C’est d’ailleurs Steinfath qui partait, comme un boulet, en tête après un départ tout en maîtrise. Un temps coincé dans le bouillon, les deux Français parvenait à le rejoindre dès la première bouée. Passé maître du « surf » sur le moindre bump, Titouan Puyo débutait alors sa leçon. Totalement dépassé, Steinfath lâchait des secondes par dizaines à chaque tour. Seul capable de s’accrocher dans le sillage du Calédonien, Arthur Arutkin restait même au contact de son coéquipier. On imaginait un final pagaie contre pagaie mais Puyo était bel et bien plus fort et accélérait dans le dernier passage.
Puyo haut la pagaie
Un dernier surf sur le petit beach break canaulais permettait au n.3 mondial de l’exercice de se coiffer de la couronne européenne. Moins de dix secondes plus tard, Arutkin coupait la ligne et tombait dans les bras de son ami. Casper franchissait la ligne une minute plus tard alors que l’Italien Léo Nika, annonçait lui aussi comme un client, terminait à 2’30 du vainqueur.
Après une telle première journée, l’équipe de France prend la tête du classement général des nations devant l’Espagne. Les « raceurs » vont avoir une journée de repos ce mardi avant de s’affronter sur la Longue Distance, mercredi, entre Carcans et Lacanau. Demain, place au Sup Surf avec l’entrée en lice des trois autres Français de l’équipe : Antoine Delpero, Ben Carpentier et Caroline Angibaud. Avec l’arrivée d’une belle houle (1m50), le spectacle sera au rendez-vous. Les finales des deux catégories sont prévues jeudi.

CLASSEMENTS
TECHNICAL RACE MESSIEURS
1. Titouan Puyo (France) les 5 km en 34’25
2. Arthur Arutkin (France) en 34’34
3. Casper Steinfath (Danemark) en 35’27
4. Leonard Nika (Italie) en 36’53
5. Roman Frejo (Espagne) en 37’29
6. Filipe Meira (Portugal) en 38’20
7. Ruben Afonso (Portugal) en 38’47
8. Jurgi Zulaika (Espagne) en 39’08
9. Giordano Bruno Capparella (Italie) en 39’20
10. Damian Warner (Angleterre) en 40’23
TECHNICAL RACE DAMES
1. Olivia Piana (France) les 5 km en 41’55
2. Susak Molinero (Espagne) en 44’58
3. Marie Buchanan (Angleterre) en 45’42
4. Susanne Lier (Allemagne) en 46’15
5. Angela Fernandes (Portugal) en 46’54
6. Nicoline Rasmussen (Danemark) en 47’24
7. Nordico Chiara (Italie) en 50’32
8. Mi Richardson (Pays de Galles) en 53’07
9. Maya Persson (Suède) en 55’28
10. Corinne Piquer (Belgique) en 59’02

 

REACTIONS

Olivia Piana, championne d’Europe
« Ce titre me fait super plaisir. J’adore ce sport. Depuis un an, je me suis beaucoup entraîné, et j’ai changé mon programme. Avant je fais beaucoup de musculation, et je préfère aujourd’hui passer plus de temps sur l’eau. Sur un Sup, sur une pirogue aussi. Ça m’a servi car les conditions étaient différentes aujourd’hui. Il fallait glisser puis remonter face au vent. Je remercie tous ceux qui m’accompagnent tout au long de l’année. J’aurais préféré avoir davantage de concurrence sur cette course pour me mesurer à quelqu’un durant les 40 minutes. Mais bon, ça n’enlève pas la joie du titre. Il fallait être assez puissante. J’ai fait ma course à fond. Tout pouvait arriver : j’aurais pu casser ma pagaie, mon aileron, … Je n’ai sous-estimé personne. Ramer toute seule devant, ce n’était pas évident. Je me suis imaginé des adversaires aussi fortes que moi, comme si elles étaient à côté de moi. J’ai fait des relances, comme en pirogue. J’ai varié ma rame pour éviter la répétition des efforts. J’ai vécu ce moment à fond. Je suis très contente pour Titouan (Puyo, champion d’Europe) et Arthur (Arutkin, vice-champion). Je leur ai donné mon retour sur la course, je leur ai donné quelques petits conseils (avant leur départ). Je pense que ça les a aidés. On est une équipe, soudée. Ce que l’on vit, c’est super sympa. La longue distance, c’est mercredi. Je vais aller surfer un peu demain (mardi), récupérer. J’espère de la gavage sur le downwind ! »

Titouan Puyo, champion d’Europe
« Comme l’avait dit Casper (Steinfath) lors de la cérémonie d’ouverture dimanche, on a l’occasion d’écrire l’histoire. Je suis le premier champion d’Europe, ça fait vraiment plaisir. La journée a été longue, on a attendu les vagues, on voulait lancer la beach race dans des conditions plus spectaculaire. Le parcours a été mouillé avec des portions glissantes. J’ai fait un premier tour en repérages, j’ai vu les portions où je pouvais forcer. J’ai fait le deuxième tour à fond. Et j’étais un peu cuit dans le 3e. Arthur (Arutkin) est revenu mais j’étais assez devant lui pour m’imposer. Je ne me suis jamais dit, c’est gagné. Je connais bien Arthur. J’entendais sa planche derrière moi, je relançais sans cesse. Jusqu’au bout, j’ai tout donné. On a ouvert le bal avec le titre d’Olivia Piana chez les dames. On a va maintenant supporter les surfeurs pour qu’ils passent leur premier tour. On est au repos demain, on va soutenir les copains. Et on finira avec notre Longue Distance mercredi. La météo change constamment, on ne sait pas encore à quoi s’attendre. Mais on a nos objectifs, on va essayer de reproduire la même chose qu’aujourd’hui ! »

Arthur Arutkin, vice-champion d’Europe
« C’était vraiment difficile d’aller chercher Titouan (Puyo); je suis vraiment très content pour lui. Avec sa victoire, celle d’Olivia (Piana) et ma deuxième place, on est au top. Trois médailles sur trois, on est vraiment forts ! J’espère que ça va continuer comme ça pour l’équipe de France. On était très bien sur la partie downwind (vent arrière) avec Titouan, on s’est détaché peu à peu. Ça s’est vite joué entre nous deux. Je me sentais vraiment bien. Aussi bien sur le downwind que sur le upwind (remonter face au vent). J’aime ces parcours où ça glisse et où il faut aussi ramer face au vent. J’espère faire aussi bien sur la Longue Distance dans deux jours. »