BODYBOARD: Les traumatismes en Bodyboard

Le Bodyboard est un sport à risques. Les blessures en bodyboard sont bien distinctes des traumatismes en surf : les planches utilisées sont différentes, les vagues surfées et la prise de risque ont leurs spécificités, ce qui engendre une traumatologie bien caractéristique.

source surf-prevention.com

 

 

La répartition selon le type de traumatisme est la suivante :

– Type de traumatisme le plus fréquent en bodyboard : les plaies (27%).

– En n°2 : les contusions : 26% dont 10% de traumatismes crâniens.

– N°3 : les entorses : 25 % .

– N°4 : fractures (8%) .

– 4e ex aequo : les luxations (8%) .

Les perforations de tympan représentent 1% des traumatismes dans cette étude.

La tête du bodyboardeur est la plus touchée dans 25 % des cas (contre 50% des traumatismes chez les surfeurs). Viennent ensuite les membres supérieurs (21%),  les membres inférieurs (18 %), la région dorsale (16%), les cervicales (11%), la région thoraco-abdominale (6%) et enfin les organes génitaux qui seraient quand même atteints dans 3% des traumatismes (le plus souvent par choc contre la planche de bodyboard).

Les mécanismes des accidents sont totalement différents de ceux retrouvés en surf. Alors qu’en surf, les planches (la sienne ou celle d’un tiers) engendrent 8 traumatismes sur 10, la planche de bodyboard est beaucoup moins souvent à l’origine de blessures : elle serait en cause dans seulement 21% des accidents (18% par sa propre planche et 3% celle d’une tierce personne). Les bodyboardeurs se blessent surtout par contact contre le fond marin (45% des accidents). Le leash causerait 9% des blessures en bodyboard et semble donc poser encore plus de problèmes qu’en surf. Un faux mouvement ou une mauvaise manoeuvre causeraient 10% des traumatismes. La force de la vague engendre 10% des accidents (tout dépend du spot et de la puissance des vagues évidemment…). Une collision contre un pilier, une digue ou une jetée est responsable de 2% des accidents.

Les bodyboardeurs se blessent majoritairement sur les beachbreaks (56% car les plus fréquemment surfés par les surfeurs sondés) puis sur les vagues de reef (28%), les pointbreaks (7%) ou encore les piscines à vagues (2%).

Les bodyboardeurs se blesseraient surtout quand les vagues font entre 1 et 2 mètres (62%). Au-dessus de 2 mètres, seuls les bodyboardeurs expérimentés sont à l’eau et on retrouve 30% des blessures quand c’est gros. Dans les petites vagues inférieures à 1 mètre, on observe 8% des accidents de l’étude.

3% des blessures en bodyboard proviendraient d’attaques d’animaux marins (surtout des piqûres de méduses) : un seul bodyboardeur a déclaré s’être fait attaqué par un requin dans cette étude.

Environ 20% des bodyboardeurs se plaindraient de dorsalgies chroniques.

Tout comme chez les surfeurs, la proportion élevée de traumatismes crâniens et faciaux soulève la question de l’utilité du port de casque en bodyboard.

Réagissez à ce sujet sur le forum bodyboard de Surf Prevention. Vous êtes-vous déjà blessés en bodyboard ? Pensez-vous que le port du casque soit nécessaire en bodyboard ?

N.B. : Nous n’avons pas retrouvé la trace de grande étude épidémiologique sur la traumatologie en bodyboard dans la littérature médicale. Ces données proviennent d’une étude basée sur un questionnaire Internet élaboré par un certain Docteur Clive dont je n’ai pas réussi à trouver le contact ou les références (si vous avez des infos complémentaires, contactez Surf Prevention). 3064 bodyboardeurs de tous niveaux avaient répondu à cette étude en l’an 2000 dont 75% avaient déclaré au moins une blessure en bodyboard. L’échantillon statistique semble donc satisfaisant mais je ne dispose pas des éléments nécessaires pour juger de la méthodologie de cette étude.

 

 

bodyboardeur-com